« Ils sont trop différents, ils ne s’intégreront jamais! », « Je ne suis pas raciste mais… », « Les étrangers, que nous apportent-ils? », « On ne peut plus rien dire! », etc.

 

Alors que l’on assiste à une recrudescence alarmante des propos racistes et de l’incitation à la haine, les « Universités de l’Antiracisme » ouvrent leurs portes ces 4 et 5 mai sur le campus de l’ULB.

 

Ce projet, notamment mis en place pour répondre aux préoccupations et demandes des associations de terrain, vise à outiller les professionnels de première ligne (jeunesse et aide à la jeunesse, enseignement, tissu associatif ou non-marchand) qui se retrouvent parfois démunis face à des discours racistes et discriminants.

 

Sous l’impulsion de la Ministre de l’Égalité des chances de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Isabelle Simonis, ces premières « Universités de l’antiracisme », qui accueillent plus de 250 inscrits, ont été mises sur pied par le CIRÉ, en partenariat avec UNIA, le MRAX, BePAX, Média Animation, le CBAI, le CRVI, le CERAIC et le CAI Namur.

 

En pratique, ces deux journées de rencontre s’articulent principalement autour d’ateliers de déconstruction de préjugés et d’échange d’outils d’animation (programme complet en pièce jointe). Un budget de 30 000 euros a été dégagé par la Ministre pour soutenir ce projet.

 

À l’heure où les discours racistes se banalisent partout dans notre société, nous nous devons de continuer à amener chaque personne à évoluer en égalité de droits et de devoirs. Ce choix ambitieux impose le respect mutuel mais aussi le respect de la différence, fondement du vivre ensemble et de la citoyenneté partagée.