L’égalité entre hommes et femmes se construit dès le plus jeune âge et passe inexorablement par l’école. Afin d’appréhender ce phénomène au sein des établissements scolaires mais aussi au niveau de la formation initiale des enseignants et enseignantes, la Direction de l’Égalité des chances, l’Université libre de Bruxelles (ULB) et moi-même avons officiellement présenté ce mardi 22 mai, à l’occasion d’un colloque consacré aux défis de demain en matière d’égalité filles-garçons à l’école, la nouvelle plate-forme web « Égalité filles-garçons » : www.egalitefillesgarcons.cfwb.be.

 

Ce module interactif, destiné à être utilisé dans le cadre de la formation initiale et continuée des enseignants et enseignantes, propose des exemples d’activités à mettre en place, des réflexions ou encore des documents vidéo sur les questions de genre, etc.

 

Cet outil vise à permettre au personnel enseignant et aux futurs membres du corps enseignant de prendre en compte la dimension de genre dans la matière qu’ils ou elles enseignent, mais aussi dans leur classe et dans leurs interactions avec les élèves. À titre d’exemple, la plateforme aborde notamment les questions suivantes: « La prise de parole en classe est-elle équilibrée entre filles et garçons ? », « Les livres et manuels scolaires utilisés véhiculent-ils des images stéréotypées sur les femmes et les hommes ? » « Comment les élèves se regroupent dans la cour ? Quels sont les groupes qui occupent le plus d’espace ? », etc.

 

Cette nouvelle plate-forme, désormais disponible sur internet, a été financée à hauteur de 47.000 euros par les crédits budgétaires à ma disposition mais aussi ceux du fond social européen (FSE).

 

Il n’y a pas de pente naturelle vers l’égalité des sexes et à cet égard, la formation des enseignants et enseignantes reste un levier fondamental pour œuvrer dans ce sens. Ces derniers doivent pouvoir réfléchir sur cette thématique et aiguiser leur conscience à son importance. Leur rôle est donc crucial dans la recherche d’une société égalitaire.